1, 2, 3, SOLEIL OU L’ÉCLIPSE

Le spectacle a fini sa course.

(création collective)

1, 2, 3, Soleil est construite selon le principe d’une révélation. Principe de la clarté et de la légèreté, principe des tentures et des masques. Révélation enfantine et mature, triste et douce – amusée, révélation de complicité et de cruauté. Tout s’y bouscule, tout s’y transporte, tout s’y adapte avec facilité.

DISTRIBUTION

La Lune et Ezti : Stéfani Cézérac Le Soleil et Mafflu : Ximun Fuchs Matamore et Xano : Manex Fuchs Pantalon et Sami : Éric Destout

Musique : Xanki Irigoyen (accordéon) & Guillaume Méziat (djembé) Mise en scène : Fafiole Palassio & Guillaume Méziat Masques : Annie Onchalo

photos : Pierre Ruaud ©

EXTRAIT

Ezti : Je suis conforme à la distinction de nos hôtes et à l’accueil qu’ils mériterons. Mafflu : Ouah ! Ezti : Pour accueillir tous ces gens j’offrirai mon plus beau sourire. Mafflu : Oui ! Pour qu’on le voie mieux, je vais te colorier les dents en blanc. Ezti : Bon alors je mettrai un peu de rouge sur ma bouche pour faire joli. Mafflu : Et moi je t’attacherai ton sourire avec des élastiques, comme ça, jusqu’aux oreilles. Ezti : Aïe ! Mafflu : Quoi aïe ! Ezti : Ça me fait mal ! Mafflu : Eh bien c’est un mal nécessaire, là ! Allez, marche maintenant : Il faut bien te tenir (elle marche) ça ne va pas du tout. Ezti : Mais je marche comme tous les jours ! Mafflu : Eh bien c’est moche ! Et puis d’abord, ça n’est plus comme tous les jours ! Maintenant il faut que tout soit beau ! Repars en arrière. Ton sourire ! On recommence. Marche !

RÉSUMÉ

La terre file un mauvais coton : La jeune lune et son soleil vieillissant sont bien d’accord là-dessus. Mais faut-il intervenir ? Et comment ? La jeune lune évidemment, n’entend pas laisser couler la mort du temps. Le vieux soleil évidemment, s’inquiète beaucoup de faire un faux mouvement… Qu’à cela ne tienne : la jeune lune décide, violemment, une éclipse, à la durée indéterminée et peut-être jusqu’à l’épuisement. Plus tard, sur terre, c’est un chaos effervescent. Tantôt paraissent deux masques à la recherche de la lueur perdue : ce sont Matamore et Pantalon, deux adversaires et complices au fond du bois obscur. Tantôt ce sont deux clowns, deux feux follets, deux rieurs nostalgiques qui tentent d’attirer l’éclipsé magnifique. Un jour, enfin, à l’orée des ombres, les deux mondes pourront se rencontrer…

« Cocasse, truculent, cela dégage une joie de jouer manifeste et un professionnalisme certain. » Sud-Ouest, avril 1995.

Créé avec l’aide de la Mairie de Bordeaux et Sigma, le Centre culturel Haize Berri à Ostabat (64), le CROUS de Bordeaux, CREA 3, service culturel universitaire.