TRACES…

Une pièce d’Aurélien Rousseau et Le Petit Théâtre de Pain. Mise en scène de Fafiole Palassio.

Tous autant que nous sommes nous courons. À rebours, en avant, nous courons. Bien souvent sur la brèche.Mais après quoi ? Au devant de qui ? 

Nous traversons nos vies toujours en chantier, évitant les gravats -parfois pas- empruntant un sillon, une ornière, des empreintes laissées par d’autres avant nous et dont on constate qu’on les suit involontairement depuis des kilomètres. « Traces » c’est dire celle-là, trimballant ses brouettes d’emmerdes et ses camions-bennes d’espoir. Ou Lui, juste à côté, qui tourne en rond, harcelé par le marteau piqueur de ses obsessions. C’est raconter cet autre, en bout de course, figé face à la bétonnière de ses « antécédents ». Celle-ci, à l’heure du dernier pas, colmatant une fissure dans ses fondations, et l’autre là, en bas des grues
vociférant…



Il y a dans ce travail une histoire de rythme lié au caractère fragmenté de la pièce. Une écriture qui se rapproche davantage de la danse, toujours plus elliptique qu’au théâtre, s’offrant le luxe de quelques effets cinéma. Une partition pour 8 acteurs en tranche individuelle ou chorale sous fond de rénovation urbaine. Une occasion avant de faire tomber les murs de jeter un oeil par la serrure et d’y regarder l’humanité transpirer par gros 
« sploutch ».

« Tonnerre de cul ça va détonner. »

Images Philippe Corbier

Distribution

avec Mariya Aneva, Cathy Coffignal, Hélène Hervé, Manex Fuchs, Ximun Fuchs, Guillaume Méziat, Tof Sanchez & Lontxo Yriarte.
Mise en scène : Fafiole Palassio
Écriture : Aurélien Rousseau & Le Petit Théâtre de Pain
Travail du mouvement et de l’espace : Philippe Ducou
Décor : Ponpon & Josep Duhau
Réalisations plastiques : Maripi Pihouée & Alexandra Filiatreau
Lumière : Pantxo Claverie, Josep Duhau, Tof Sanchez & Peio Sarhy
Costumes : Muriel Liévin
Création musicale : Ximun Fuchs & Lontxo Yriarte
Espace sonore : Philippe Barandiaran
Régie générale : Josep Duhau
Administration : Elorri Etcheverry, Aurélie Lambert & Vincenç Claverie

Étapes de création

Scène de Pays Baxe Nafarroa-Garazikus, Ispoure, avril 2007.

« Le point de départ de notre investigation est ce que nous avons appelé « Le point de rupture ». Le court-circuit. Le noeud. Ce claquement de doigt capable de faire basculer le fragile équilibre d’une vie . »

 Derrière le Hublot, Capdenac, mai 2007.

« La matière collectée a plusieurs visages : témoignages, faits-divers, brèves, articles, nouvelles, films, histoires personnelles, etc… »

 Scène Nationale de Bayonne-Sud Aquitain, Boucau, février 2008.

« On gesticule, on se débat, pris dans le filet, le cadre familial… Par le trou de la lorgnette les archétypes apparaissent maintenant : le père, la mère, l’enfant, l’ancêtre… »

 Scène de Pays Baxe Nafarroa-Garazikus, Louhossoa, mai 2008.

« Le titre : Traces… Celles qui nous habitent et nous construisent, notre héritage comme point d’encrage, point de départ des personnages. »

Atelier 231, Sotteville-lès-Rouen, septembre 2008.

« Le cadre : un chantier. 3 grues desquelles part une toile d’araignée de filins tendus définissant l’espace de jeu. Filins, poulies, enrouleurs, barrières, bleus de travail, rubalise, signalétique. »
Atelier 231, Sotteville-lès-Rouen, septembre 2008.

 Scène de Pays d’Orthez-Navarrenx, Orthez, octobre 2008.

« Faut-il fuir ou rester ? Qu’est-ce que le courage ? Peut-on fuir sa filiation ? Peut-on laver 
l’empreinte ? »

Le Parapluie, Aurillac, novembre 2008.

« Tout ceci est drôle, infiniment, car ce ne sont pas la mise à distance, le recul ou la dérision qui provoquent le rire, mais la vie elle-même. »

L’Usine, Tournefeuille, décembre 2008.

Distribution, décor, musique.

Scène Nationale de Bayonne-Sud Aquitain, Boucau, janvier 2009.

« (…) S.B.A.M. (…) Droit dans le mur (…) J’ai kidnappé Marcellus (…) Ravale ta merde, ma puce (…) Ce quartier doit renaître, et moi avec (…) On n’a pas le coeur (…) C’est quoi la morale de Boucle d’Or ? (…) »

Scène de Pays Baxe Nafarroa-Garazikus, Louhossoa, janvier 2009.



Tempête, Premières. « Tonnerre de cul, ça va détonner. »

Spectacle soutenu et aidé par :

La Scène Nationale Bayonne – Sud-Aquitain – Bayonne, L’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue – Sotteville-lès-Rouen, La Scène de Pays Baxe Nafarroa – Garazikus – Saint-Jean Pied de Port, L’Usine, lieu conventionné dédié aux arts de la rue-– Tournefeuille, Le Parapluie, Centre International de Création Artistique – Aurillac, Derrière le Hublot – Capdenac, La Scène de Pays d’Orthez-Navarrenx, Le Théâtre des Chimères – Biarritz, L’Office Artistique de la Région Aquitaine, L’IDDAC – Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel de la Gironde, La DRAC Aquitaine, Le Conseil Régional d’Aquitaine, Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, La Commune de Louhossoa, La Commune de Grande-Synthe.